Tome 1 : Legion VII

Premier Tome

Résumé

La paix ? Au fil des siècles, nous pourrions compter les trêves dans le monde d'Aëgane sur les doigts d'une main. Des nations furent renversées par des souverains sanguinaires. Des populations furent asservies ou exterminées au nom de divinités facétieuses. De nombreuses civilisations disparurent, et avec elles, des cultures entières furent à jamais perdues.

Le royaume d'Adaïs, regroupement de provinces conquises de gré ou de force ces dernières années, doit sa récente stabilité aux 10 Légions qui le protège. Nombreux furent les envahisseurs ou rebelles à faire face à ces terribles adversaires, sans jamais les faire vaciller. Épicentre de nombreux conflits, Adaïs pansait encore les plaies marquant son territoire après avoir vécu plusieurs guerres dévastatrices.
La pérennité du royaume se trouve peut-être entre les mains d'un diplomate et de ses compagnons chargés d'enquêter sur la rumeur de la mobilisation d'une armée d'orcs accompagnée de puissants sorciers. Les émissaires se rendent dans une province marquée par les stigmates du passé et mettront tout en œuvre pour faire la lumière sur les événements se tramant par delà le gouffre des damnés, brèche mystique protégeant Adaïs de terres hostiles.

Dernières informations capitales d'une sentinelle héroïque ou affabulations d'un mourant ? De la réponse à cette question dépend peut-être la survie d'Adaïs. Auteur
Premier Tome

Extrait

Breizatow, Kas et Krikrane arpentaient les rues de Masi Obeï à la recherche de la taverne conseillée par le propriétaire de l’auberge « la Cabane des quatre vents ». Thorn et ses hommes s’y étaient installés après plusieurs semaines d’un voyage éprouvant, car l’émissaire du roi préférait garder ses distances avec le consul. Dès leur arrivée, tous avaient été frappés par l’apparente richesse de la cité alors que quelques heures plus tôt, ils traversaient encore un village dont la misère leur retournait le cœur. Quelques jours à parcourir la campagne de Sartis les avaient rendus malades constatant avec amertume que le peuple tout entier s’éteignait à petit feu. Jour après jour les mêmes regards perdus, les mêmes silhouettes squelettiques qui travaillaient sans relâche.

Les émissaires du roi n’en étaient pas à leur première mission. Des steppes de Toribas au désert de Karix, des forêts d’Aldelune aux terres volcaniques de Ragator, ils avaient traversé Adaïs du nord au sud, et d’est en ouest. Pourtant, ils n’avaient jamais rencontré une telle détresse. Les images de leurs premiers pas à Sartis resteraient à jamais gravées dans leurs mémoires.